Actual group

J25 | ARKEA ULTIM CHALLENGE – BREST | Anthony Marchand : « J’ai le temps de profiter de la compagnie des albatros »

Jeudi 1 février 2024, aux Iles Kerguelen

Reparti samedi en début d’après-midi de Cape Town après 24 heures d’escale rondement menées mais désormais privé du foil bâbord de son Ultim, Anthony Marchand évolue, ce jeudi 1er février, à environ 160 milles au nord de l’archipel des Kerguelen, ces petites îles subantarctiques plantées au sud de l’océan Indien où il règne généralement un climat extrêmement venteux… mais pas en ce moment. C’est en effet à petite vitesse que le skipper progresse actuellement à bord d’Actual Ultim 3. S’il ne cache pas sa frustration de ne pas grappiller autant de milles qu’il le voudrait sur ses prédécesseurs, Armel Le Cléac’h et Thomas Coville, – l’un à l’abri dans le détroit de Bass et l’autre en arrêt technique dans l’embouchure de la Derwent, au sud de l’Australie -, il se prépare néanmoins à mettre un grand coup d’accélérateur dès demain après-midi jusqu’au sud de la Tasmanie puis, très probablement ensuite, à réaliser un long schuss jusqu’au cap Horn.

Un autre visage de l’Indien

Réputé difficile avec ses coups de vents parfois violents et sa mer cassante, l’Indien a définitivement plusieurs visages. Pour preuve, dans le même temps, il contraint Armel Le Cléac’h à s’abriter pour éviter une tempête et impose à Anthony Marchand de progresser au ralenti, au nord des Kerguelen. « Ça n’avance pas beaucoup. Le point positif, c’est que j’ai le temps de profiter de la compagnie des Albatros, relativement nombreux dans ce secteur mais les vitesses du bateau oscillent laborieusement entre 4 et 10 nœuds, et ça promet de rester mou jusqu’à demain en milieu d’après-midi », a relaté le skipper d’Actual Ultim 3, ce jeudi matin, lors d’un échange téléphonique avec son équipe.
Si les conditions lui ont permis de filer régulièrement à plus de 30 nœuds depuis son re départ d’Afrique du Sud samedi dernier, il doit, de fait, composer depuis peu avec de petits airs erratiques. « La météo semble un peu contre moi parfois. C’est un peu énervant car j’espérais réussir à reprendre un maximum de terrain à Banque Populaire XI et à Sodebo Ultim 3 mais je n’ai pas d’autre choix que d’être un peu patient pendant encore 24 heures. Ensuite, et c’est une bonne nouvelle, le vent va revenir au fur et à mesure », a indiqué le Costarmoricain qui devrait en effet récupérer un flux d’ouest sud-ouest assez soutenu vendredi dans l’après-midi.

Un mal pour un bien ?

« Je devrais me retrouver au portant VGM, une allure plutôt agréable, et enchaîner plusieurs empannages jusqu’au sud du cap Leeuwin. Sous l’Australie, je devrais naviguer avec une dépression sur les talons. Elle devrait générer entre 30 et 35 nœuds de vent et donc me permettre d’être assez rapide même si la mer promet d’être un peu dure car très croisée », a avancé Anthony qui devrait franchir le deuxième grand cap de son tour du monde dans la nuit de lundi à mardi prochain mais reste prudent concernant l’évolution de la météo. « Si ça devient plus costaud que prévu, je n’exclus pas de mettre un peu de nord dans ma route. Dans ces coins-là, il faut savoir se méfier de tout ! », a rappelé le marin, plutôt optimiste, d’autant que les conditions entre la Tasmanie et le cap Horn s’annoncent, à date, plutôt favorables pour lui.

« En attendant, je mange un peu mon pain noir. Ces périodes de pétole sont toujours assez délicates à vivre. On a le sentiment que les heures et les milles comptent double. C’est toujours un peu long et on n’aime jamais trop entendre les voiles qui battent », a détaillé le skipper d’Actual Ultim 3, pas mécontent, cependant, de voir les températures remonter de 5 à 9°. « Il fait un peu moins froid aujourd’hui et comme ça n’avance pas très vite, il y a aussi moins de courants d’air. Ce matin, j’en ai profité pour faire le tour du bateau, surveiller les points de raguage. Je vais en profiter aussi pour dormir au maximum. Cette période de calmes est sans doute un mal pour un bien avant la suite », a terminé Anthony Marchand, qui pointe toujours en quatrième position dans cet Arkea Ultim Challenge – Brest mais bien décidé à remonter au score.

Contacts, informations et liens pratiques

Michaël Draï – Service de presse Actual group.
Tel : 06 60 41 86 78
Mail : drai@uneidee.com

Guillaume Neron Bancel – Communication Actual group
Mail : guillaume.neronbancel@groupeactual.eu

Espace presse : https://www.actualgroup.eu/news-medias/presse-et-actualites/

Suivez nous sur les réseaux sociaux : LinkedIn I Facebook I Twitter I Instagram I Youtube